Dans le cadre d’un projet pilote, la Ville de Plessisville fait partie des municipalités québécoises qui partagent leurs véhicules électriques avec des membres de leur communauté !

Œuvrer pour l’électrification des transports au Québec et au Canada pour apporter des solutions face à trois grands enjeux :

  • Intégrer des véhicules électriques dans les flottes municipales
  • Créer un système d’autopartage communautaire
    Établir la base d’un réseau de transport électrique en région

La Ville de Plessisville a participé en 2014-2015, tout comme sept autres municipalités québécoises, à l’étude de marché et de faisabilité technique pour l’implantation de véhicules électriques jumelée à un service d’autopatage pour les municipalités au Québec.

Financée par le Fonds municipal vert (FMV) de la Fédération canadienne des municipalités et par les municipalités participantes, les résultats des études ont mené au projet pilote SAUVéR qui permet à plusieurs municipalités d’aller de l’avant avec l’implantation d’un service d’autopartage avec véhicules électriques sur leur territoire respectif. En plus de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, la Ville de Plessisville offrira un service complémentaire de transport collectif adapté aux besoins de la communauté.

Le projet pilote d'une durée de 2 ans, a permis à la Ville de recevoir ses véhicules en juin 2016 et l'autopartage débutera à l'automne 2016 !

2

Véhicules électriques ont été intégrés à la flotte municipale

5

5 bornes électriques dont 1 de niveau 3 et 4 de niveau 2 sont installées sur le territoire de la Ville

Les municipalités participantes au projet pilote SAUVéR :
  • Bromont
  • Nicolet
  • Plessisville
  • Rivière-du-Loup
  • Sainte-Julienne
  • Témiscouata-sur-le-Lac
Qu'est-ce qui a initié cette démarche?
Les municipalités québécoises démontrent un intérêt grandissant pour l’intégration et l’utilisation de véhicules électriques dans les flottes municipales. Ces constatations découlent des résultats des consultations effectuées auprès des autorités municipales et de leurs partenaires pour la réalisation des plans d’action sur les changements climatiques. Le partage éventuel de ces véhicules électriques avec d’autres usagers et clientèles, constituerait une solution idéale pour le transport collectif pour les municipalités en région. Cette forme d’autopartage pourrait constituer une solution d’avenir puisque comme modèle de transport collectif éventuel il contribuerait à briser l’isolement, à maintenir l’autonomie des ainés ainsi qu’à l’intégration des personnes à mobilité réduite. On considère en effet, qu’un système de transport collectif fonctionnel permet d’augmenter le taux de rétention de la population en région et en milieu rural et améliore l’attractivité des municipalités.